Le club de kayak de Vern a été créé en 1982 par Daniel Hervé et Jean-Jacques Le Pavec, deux amis professeurs d’EPS. Le club est alors une section de l’Union Sportive de Vern . Il était à l’origine affilié à l’UFOLEP et  initialement orienté vers une pratique de plein air sans compétition.

Les premières années:

Ce sont des années de découverte de l’eau vive au moulin des Bouillants et des rivières fréquentées par les kayakistes du bassin rennais: Couesnon, Colmont, Scorff et Ellé. Le club participe  aux rassemblements UFOLEP de fin d’été dans le golfe du Morbihan et sa région. Ces regroupements permettront d’élargir les types de pratiques : kayak mer dans le golfe et à Port-Picain, eau vive sur les sites de Banastère, Berder, Pont Loroy et kayak surf sur la presqu’île de Quiberon (c’est le début du ski-surf qui prendra par la suite le nom de wave-ski).

Les débuts se font dans des conditions très spartiates, très peu de moyen, matériel usagé, hébergement dans un local désaffectée de l’ancienne laiterie aux Bouillants, le club doit construire ses propres kayaks et le niveau technique de tous les pratiquants est faible. C’est l’époque où on fait du kayak en jean et pull en laine les samedis d’hiver aux Bouillants.

Moulin des Bouillants
Moulin des Bouillants

Les premières évolutions:

Les premiers cadres sont formés lors de stages UFOLEP en Ardèche.
Le matériel s’améliore, le club achète, à bas coût, un lot de kayaks Rotobat à un revendeur en faillite (Enfin du matériel étanche!).

Quelques adhérents élargissent leurs compétences par la découverte des vagues sur la côte landaise, des rivières de montagne. C’est l’époque où les sociétés de rafting commencent à se développer  et recrutent des encadrants pour l’été : les jeunes moniteurs du club trouvent ainsi facilement du travail dans les Alpes et en profitent pour faire de la rivière difficile, Malafosse sur la Durance, cage aux lions sur l’Ubaye.

Les roches du diable
Les roches du diable

Les années « 90 »

L’accueil de centres de loisir durant l’été par les mois saisonniers aidés par Jeunesse et Sport et par les bénévoles apporte une petite marge financière.
Les conditions matérielles se sont améliorées, le club va changer de lieu. Il quitte le local des Bouillants et s’installe à l’emplacement actuel où il dispose d’un local en bois au bord d’une gravière  qui allait devenir un plan d’eau.

Pour des raisons de formation, le club s’affilie à la FFCK. Les jeunes moniteurs du club qui sont devenus moniteurs fédéraux trouvent des emplois saisonniers dans les Alpes mais aussi au sein de la structure.
Le club orienté vers le plein air « eau vive », s’est équipé en kayaks polyéthylène adaptés à cette pratique. Il organise ses propres stages en Ardèche, sur les gaves et la Nive dans les Pyrénées et sur la Vézère dans le Limousin.
Le kayak mer et le kayak surf sont quasi-inexistants.
Les principaux problèmes du club sont la monovalence (que faire quand il n’y a pas d’eau vive?), l’accueil des plus jeunes et la faiblesse des moyens financiers.

Le futur plan d'eau
Le futur plan d’eau (en arrière-plan)

A la fin des années « 90 »

Le club va diversifier ses activités. Le club commence à pratiquer le kayak polo (avec des kayaks rotobat), le plan d’eau est équipé d’un premier terrain. Côté matériel, le club rachète un lot de vieux kayaks mer.
Deux problèmes importants se posent toujours : l’encadrement des jeunes et les moyens financiers.

Les débuts du kayak polo à Vern
Les débuts du kayak polo à Vern

Début des années 2000 : le développement

Le contexte  est  favorable. Le gouvernement crée les « emploi-jeunes », et  le conseil général a une politique nautique. Le club saisit ces deux opportunités, il se dote d’un véritable projet de développement, « crée » un poste d’emploi-jeune qui deviendra par la suite un emploi salarié en CDI financé par le club (1/3), la commune (1/3) et le conseil général (1/3) et il acquiert enfin du matériel (véhicule tractant, remorques, kayaks adaptés aux différentes pratiques…) grâce aux prestations estivales (assurées par le salarié et les bénévoles) et aux aides du conseil général via le plan nautisme.

Le kayak polo est devenu un des axes forts du club, avec des équipes évoluant au niveau national.
A notre demande  la municipalité a fait calibrer la partie nord-ouest du plan d’eau pour permettre au club d’y installer deux terrains de kayak polo au lieu d’un seul.
Les jeunes sont encadrés sur des créneaux spécifiques (école de pagaies, école de sport, compétition), ils peuvent découvrir avec les animations départementales les différentes disciplines du kayak (slalom, descente, vitesse, mer…).

Un groupe « randonnées  mer » est créé. Les sorties mer se font à la journée sur la côte d’Emeraude et dans le golfe du Morbihan et un stage est organisé au weekend de la pentecôte sur les côtes bretonnes (Bréhat, les 7 îles, presqu’île de Crozon…).
Le club conserve son activité « eau vive » d’origine.

Le club passe du statut de section à celui d’association tout en restant à l’USV et est maintenant club amateur de haut niveau.

 Les 7 îles (Rando Mer)
Les 7 îles

Fin des années 2000 : les difficultés de développement

Des stages « eau vive » sont organisés début août sur la Pallaresa en Espagne.
Les stages « mer » se poursuivent (les 7 îles, presqu’île de Crozon, Houat et Houëdic…).

Les équipes de polo ont des hauts et des bas.
Le club maintient des équipes au niveau national mais des départs de joueurs déstabilisent les équipes. Chez les hommes l’équipe première après avoir accédée pour la deuxième fois en national 1 est rétrogradée en national 3. Le club n’a plus d’équipe féminine.

Les moyens sont programmés à la baisse.
Le club fournit des prestations : accueil de scolaires, centres de loisir, locations aux particuliers. Ces prestations sont insuffisantes à elles seules pour financer l’emploi, l’entretien et le renouvellement du matériel or le plan nautisme a été abandonné et les aides en particulier du conseil général sont prévues à la baisse de façon très significative.

Le club a  une activité de base nautique. Le local du club que certains élus appellent la « cabane kayak » n’est effectivement pas un bâtiment correspondant à une base nautique. Le local est devenu beaucoup trop petit, la municipalité a mis à notre disposition un deuxième local éloigné du site de pratique (solution provisoire qui dure depuis déjà un certain nombre d’années).

Le ruisseau du Boël (chenal d’accès à la Seiche) s’envase ce qui pose un problème important pour les animations et les locations.

Vern I en 2010
Vern I (2010)

De 2010 à 2015

Une nouvelle équipe féminine évolue en national 1.
L’équipe première masculine  évolue en national 3.
La deuxième équipe masculine qui évolue en national 4 redescend en région en 2015.
Les stages « eau vive » se font maintenant aux vacances de printemps sur les gaves et la Nive.
Les stages « mer » se poursuivent sur les côtes bretonnes (Santec-île de Batz, Bréhat-côte du Goëlo, cap Sizun, Le Pouldu…).
Les jeunes de l’école de pagaie pratiquent principalement l’eau vive et le polo.
Certains problèmes demeurent : locaux, ruisseau du Boël.
L’aide du conseil général pour le poste de permanent a été divisée par 2, cette aide ne représente plus que 1/6 du coût de l’emploi.

L'équipe féminine de Kayak Polo (2014)
L’équipe féminine de Kayak Polo (2014)

Christophe GUERCHAIS
Président de l’USV Canoë-Kayak

MERCI

  • à tous ceux qui ont participé à la création du club,
  • à Michel Feuillel qui travaillait à Jeunesse et Sports et qui a aidé au démarrage du club,
  • aux anciens encadrants de l’ex-club UFOLEP de Thorigné qui ont participé à la formation des premiers cadres de Vern,
  • à tous les bénévoles qui ont permis au club de fonctionner avec très peu de moyens et à ceux qui lui ont permis par la suite de se développer,
  • aux élus qui ont permis ce développement par leur politique nautique,
  • à tous les acteurs du nautisme qui nous ont aidés,
  • aux élus locaux qui ont su voir l’intérêt d’une activité de plein air sur le site de la vallée de la Seiche,
  • à tous ceux qui permettront la poursuite de ce développement.